Mali: un remake de la Côte d'Ivoire? Zoom Afrique du 21 janvier 2022

PressTV Français 40 views
Les sanctions prise contre le Mali sont illégales, mais alors pourquoi la Cedeao et l'Uemoa sont dans l'illégalité?

Actualité en Afrique :

  • Nigéria : en mars, un nouveau complexe énergétique entrera en service dans l’Etat d’Edo
  • En 2021, l'Afrique a enregistré la deuxième plus forte croissance d'IDE en glissement annuel au monde (CNUCED)
  • Kenya : le port de Mombasa a réceptionné un remorqueur polyvalent et 3 nouvelles grues portiques
  • Gabon: Autosuffisance alimentaire : le Génie militaire bientôt mis à contribution

Analyses de la rédaction :

1. Mali/armée: commémoration de la création de l'armée au Mali

Pour ce 61e anniversaire, le président de la transition, le colonel Assimi Goïta a assisté au défilé des troupes, avant de faire un discours. Il a évoqué la situation sécuritaire du pays.

"Aujourd'hui, nous sentons une nette amélioration dans le cadre de la sécurité et cela est dû aux différentes opérations qui ont été déclenchées récemment", a déclaré le président par intérim, le colonel Assimi Goïta.

"Et ces opérations commencent à porter leurs fruits. Donc, nous ne pouvons que remercier et féliciter l'engagement des FAMAs ainsi que de leurs partenaires qui se battent au quotidien avec bravoure et détermination pour apporter la sécurité et la paix sur l'ensemble du territoire malien."

"Et ces différentes opérations ont pour étape finale recherchée, le retour de l'état, de créer des conditions d'un environnement sécurisé, apaisé, pour l'organisation des élections libres et crédibles. Qui est la condition sine qua non d'un retour à un ordre constitutionnel sécurisé et apaisé", a ajouté le président de Transition.

Et c’est clair que les succès de l’armée continuent.

L’Armée malienne est engagée sur tous les fronts dans la lutte contre les groupes terroristes. C’est dans cette dynamique qu’un accrochage a opposé les FAMa à un groupe terroriste sur des motos, à Ouro, dans la localité de Ténenkou (Mopti). Un combat qui a permis aux FAMa de mettre la main sur trois terroristes. Ainsi, deux pistolets mitrailleurs et cinq motos ont été récupérés.

Dans le centre du Mali, les populations reprennent leurs activités. Mais beaucoup reste à faire pour reprendre le contrôle complet des territoires.

L’armée malienne communique régulièrement sur ses succès contre les groupes armés : elle a confirmé l’élimination du numéro 2 de la katiba Macina, Ousmane Sidibé dit “Bobala”, ce dimanche 16 janvier 2022, suite à des frappes aériennes dans les zones de Mopti et de Ségou, dans le centre du pays. Elle a annoncé la destruction, le lendemain d’une base logistique des terroristes dans la forêt de Mizonso, vers la frontière entre le Mali et le Burkina Faso. Deux jours plutôt, c’était deux autres bases qui avaient été détruites dans le secteur de Diabaly, dans le centre du Mali, avec l’élimination de 9 terroristes présumés et la saisie d’une quantité importante d’équipements militaires et de téléphones portables.

« Depuis quelque temps, grâce aux différentes actions entreprises par les autorités de la Transition et le haut commandement militaire, nous assistons à une réelle montée en puissance des forces armées maliennes ».

Selon Baba Napo, un élu de la commune urbaine de Bandiagara, la situation sécuritaire s’améliore effectivement dans la partie centre du pays :

“Par exemple, pour voyager sur l’axe Bandiagara-Sevaré ou sur l’axe Bandiagara-Koro-Bankass, ça s’améliore de plus en plus avec l’arrivée de ces forces de l’ordre qui sont vraiment venus en nombre et qui font le ratissage comme il se doit dans la région de Bandiagara (centre du Mali), particulièrement les zones isolées telles que les zones de Pignary, Pignary Bana, Bara Sara. C’est ce qui fait que, nous avons vraiment l’espoir.”

Un espoir qui renaît et qui permet aux villageois de plusieurs localités précédemment occupés par les groupes armés terroristes de vaquer librement à leurs occupations quotidiennes.

Selon les autorités de Bamako, la récente acquisition des hélicoptères de combat de fabrication russe ont permis aux forces de défense et de sécurité de mieux lutter contre les groupes armés terroristes présents sur le territoire malien.

On comprend donc mieux pourquoi la population malienne demande une prolongation du gouvernement de Transition, car cela fait trop longtemps que les maliens sont confrontés à une guerre qui leur a été imposée. Le soulèvement de la population pour demander le départ de la France et de ces alliés du territoire malien, qui exprime également leur colère quant à la décision incompréhensible des voisins de la Cedeao qui visiblement ne sont pas là pour écouter les populations et leur demande de coopération avec d’autres acteurs comme la Russie ou l’Iran, est pourtant compréhensible. La sécurité avant tout, est l’un des droits les plus élémentaires qu’un peuple demande, et les maliens demandent que la Communauté internationale qui se dit défenseur des droits humains, respecte cette demande. Ce n’est pas parce que des puissances occidentales veulent absolument préserver leurs intérêts que le sang des maliens doit se verser.

 

2. L’Éthiopie insiste sur les alliances intra-africaines

Le Premier ministre Abiy Ahmed a appelé le Soudan et l'Égypte "à nourrir le récit vers la construction de la paix, la coopération, la coexistence mutuelle et le développement de tous nos peuples sans se faire de mal".

Dans une lettre que le Premier ministre Abiy a publiée aujourd'hui, il a déclaré que "le Nil en général et le projet GERD en particulier sont opportuns pour un objectif aussi élevé". Selon lui, "alors que les facteurs négatifs perçus ont été rendus plus visibles dans le discours sur le barrage, les attributs positifs l'emportent plutôt sur la rhétorique de l’opposition".

Le Premier ministre Abiy a réaffirmé que «l'intention de l'Éthiopie dans la construction du GERD est de permettre la fonction de régulation afin que la production d'électricité à partir de l'infrastructure soit uniforme tout au long de l'année. Cela signifie qu'en tant que barrage hydroélectrique, le GERD ne consomme pas l'eau, au contraire, l'eau continue de couler en aval sans interruption.

L'Éthiopie a l'ambition de construire une économie moderne basée sur l'agriculture, la fabrication et l'industrie. Il s'est engagé à développer des infrastructures sociales avec une éducation de qualité, des systèmes de santé et l'approvisionnement en eau potable pour sa population. L'Éthiopie vise également à favoriser un environnement propre capable de séquestrer le carbone et d'émettre zéro carbone net ; maintenir la diversité biologique et construire un écosystème résilient qui ne soit pas exposé aux vulnérabilités climatiques.

La clé pour réaliser de telles ambitions est cependant ancrée dans l'énergie.

L'électricité est une infrastructure de base qui manque en Ethiopie et plus de 53% des éthiopiens soit environ 60 millions de personnes n'y ont pas accès. Sans électricité, aucun pays n'a jamais réussi à vaincre la pauvreté, à générer une croissance inclusive, à assurer une vie digne à ses citoyens et à atteindre un développement économique, social et environnemental durable. C'est pourquoi l'Éthiopie estime que les eaux du Nil peuvent être utilisées de manière raisonnable et équitable au profit de tous les habitants des pays riverains, sans causer de dommages.

Le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) est un bon exemple démonstratif du principe de coopération. Le barrage a été construit grâce à la contribution sérieuse de tous les citoyens éthiopiens et présente de multiples avantages pour les deux pays en aval du Soudan et de l'Égypte, ainsi que pour la région de l'Afrique de l'Est dans son ensemble.

Un grand volume de la masse d'eau du Nil, représentant environ 85%, provient des hautes terres d'Éthiopie. En tant que ressource transfrontalière, cette eau traverse l'Éthiopie, le Soudan et l'Égypte. Le côté éthiopien provient des affluents des fleuves Abbay, Baro et Tekeze tandis que les 15% restants du Nil proviennent d'autres pays riverains du Nil en amont. Le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) est en construction près de la frontière avec le Soudan, où tous les affluents de l'Abbay rejoignent le cours principal du fleuve. Cela rend par conséquent l'emplacement idéal pour maximiser la production d'électricité.

La fonction majeure du GERD est de gérer le débit très variable de l'Abbaye et de produire 15 700 Gigawatts d'électricité car pour l'Ethiopie l'électricité reste une ressource qui manque énormément. Une grande quantité du débit, environ 90%, se produit dans les quatre mois suivant la saison des pluies et pendant le reste de l'année, la puissante abbaye coule comme une petite rivière. Le barrage est nécessaire pour réguler ce débit variable en réduisant les inondations et en augmentant le débit sec.

Les avantages pour les pays en aval sont souvent incalculables. Au Soudan, par exemple, le GERD offre une protection suffisante contre les inondations dévastatrices et les effets de la pénurie d'eau pendant la sécheresse et les périodes sèches. Il aidera les infrastructures hydrauliques soudanaises à être exploitées de manière optimale car elles reçoivent un débit régulé.

Cela signifie que davantage d'électricité pourrait être générée à partir des infrastructures existantes et que de l'eau adéquate et régulière pourrait couler dans la rivière en aval tout au long de l'année pour permettre un approvisionnement en eau fiable pour les personnes, l'agriculture et l'écologie. Le GERD apporte également plus d'énergie aux systèmes déjà interconnectés du Soudan et de l'Éthiopie ainsi qu'à d'autres.

L'Égypte bénéficie également de la conservation de l'eau au niveau du GERD au lieu du gaspillage de milliards de mètres cubes d'eau par évaporation et dans les plaines inondables en aval. Le GERD contribue également à prévenir les futurs déversements qui débordent le barrage d'Assouan.

À l'échelle mondiale et dans la région du Nil, le GERD en tant que source d'énergie renouvelable propre aiderait à réduire les émissions qui pourraient éviter jusqu'à 10,6 millions de tonnes de gaz à effet de serre si elles étaient produites à partir de carburant, de charbon ou de centrales à gaz. Par conséquent, le développement du GERD joue un rôle important dans la réalisation et l'augmentation de la part de production d'énergie renouvelable vers l'objectif 7 de développement durable (ODD) et une meilleure gestion de l'eau de l'objectif 6 des ODD, ainsi que pour atteindre de nombreuses cibles de l'Agenda 2063 de l'Afrique.

Pour la région du Nil et pour tous ses citoyens, le GERD a un potentiel de stabilisation du mix énergétique. L'hydroélectricité, en raison de sa nature de fonctionnement flexible et de son adéquation, peut être mise en service en quelques minutes et peut améliorer l'exploitation d'autres sources d'énergie solaire et éolienne qui varient en fonction du temps et du climat. Sans aucun doute, cela permettra également un approvisionnement énergétique abordable dans la région.

Alors que les facteurs négatifs perçus ont été rendus plus visibles dans le discours sur la RGO, les attributs positifs l'emportent plutôt sur la rhétorique opposée et minimisent le potentiel de coopération pour atténuer les facteurs négatifs, si de tels facteurs existent.

Il est temps que nos trois pays, l'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan, nourrissent le récit de la construction de la paix, de la coopération, de la coexistence mutuelle et du développement de tous nos peuples sans se nuire les uns les autres. Le Nil en général et le projet GERD en particulier sont opportuns pour un objectif aussi élevé.

 

3. Mali: un embargo financier illégale avec une empreinte néocoloniale

L'affaire malienne confirme que l’indépendance revendiquée par la BCEAO relève de la fiction. La France n’hésite pas à s’abriter derrière les institutions de la zone franc pour faire imposer son agenda politique.

Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées le 14 janvier à Bamako et dans plusieurs autres villes du Mali à l’appel de leur gouvernement pour protester contre des sanctions s’apparentant à un véritable blocus financier, décidées par les chefs d’État de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

À la suite du coup d’État intervenu au Mali en août 2020, et du retard dans la mise en œuvre de l’agenda retenu pour l’organisation d’élections, initialement prévues en février 2022, les dirigeants de la CEDEAO, qui regroupe quinze pays dont le Mali, avaient convenu en septembre et en novembre 2021 de geler les avoirs et de restreindre les déplacements au sein de la région de plusieurs personnalités et officiels maliens.

Ils ont fait monter la pression d’un cran lors du sommet extraordinaire qui les a réunis à Accra (Ghana) le 9 janvier 2021, avec des sanctions encore plus sévères, d’application immédiate, qui visent cette fois le pays tout entier. Ils ont ordonné la fermeture des frontières terrestres et aériennes entre les pays de la CEDEAO et le Mali, la suspension du Mali de toute aide financière des institutions financières de la CEDEAO, la suspension des transactions commerciales entre les pays de la CEDEAO et Mali (à l’exception de certains produits)…

Figure aussi dans la liste une mesure d’une gravité extrême car attentatoire à la souveraineté financière et politique de la République du Mali : le gel de ses avoirs dans « les banques centrales et commerciales de la CEDEAO ».

Cette décision revient notamment à priver le gouvernement malien de son accès à ses comptes auprès du système bancaire malien, à savoir les banques commerciales et la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), l’institut d’émission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) qui émet le franc CFA utilisé par huit pays ouest-africains, dont le Mali.

En pratique, ce type de sanction a pour objectif une asphyxie financière domestique : entamer la capacité du gouvernement malien à effectuer normalement ses dépenses, à honorer ses obligations financières au jour le jour. Il s’agit in fine de restreindre les liquidités, et donc de ralentir délibérément l’activité économique dans un pays enclavé classé parmi les Pays les moins avancés (PMA) et confronté à un double contexte de crise covid-19 et de lutte contre le terrorisme.

Les autorités maliennes, ainsi mises sous embargo financier domestique, pourraient avoir des difficultés à remplir leurs obligations souveraines (paiements des salaires, dettes dues aux fournisseurs, bourses d’étudiants, missions de service public, etc.) et pourraient alors être confrontées au mécontentement populaire.

La CEDEAO comme paravent

Il arrive que les pays occidentaux décident de geler les avoirs extérieurs de pays tiers, de personnalités ou d’entreprises. Bien que la légalité de ces mesures soit souvent discutable, le fait est qu’aucun pays ne peut demander à la banque centrale d’un autre pays souverain de restreindre l’accès de son gouvernement à ses comptes domestiques.

En effet, battre monnaie, avoir une souveraineté monétaire formelle, signifie que la banque centrale, quelle que soit son degré d’indépendance, travaille pour le gouvernement et est sous son contrôle politique. Même si la Guinée encourt des sanctions similaires à celles à l’encontre du Mali, la CEDEAO ne peut pas la priver de sa banque centrale et lui restreindre l’accès à ses comptes domestiques. Car la Guinée, contrairement au Mali, dispose de sa monnaie nationale.

Ce type de sanction n’est donc envisageable que vis-à-vis de pays membres d’une union monétaire – une construction institutionnelle très rare de nos jours.

La décision de geler les avoirs domestiques du Mali porte ainsi clairement l’empreinte des dirigeants des pays de l’UEMOA, dont la plupart sont inféodés à la France.

Elle a néanmoins été endossée et annoncée par la CEDEAO, actuellement sous présidence ghanéenne.

Mais sur le plan légal, on ne voit pas bien comment la CEDEAO peut la justifier. Son traité fondateur ne fait nulle part mention de la possibilité d’infliger des sanctions à des pays membres. L’article 87 précise que la Cour de Justice est l’instance compétente en cas de litiges entre pays membres qui ne peuvent être réglés à l’amiable. Quant au protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance, il prévoit des sanctions « en cas de rupture de la démocratie par quelque procédé que ce soit et en cas de violation massive des Droits de la Personne dans un État membre » (Art. 45) :

« Lesdites sanctions à prendre par la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement peuvent aller par graduation : Refus de soutenir les candidatures présentées par l’État membre concerné à des postes électifs dans les organisations internationales ; Refus de tenir toute réunion de la CEDEAO dans l’État membre concerné ; Suspension de l’État membre concerné dans toutes les Instances de la CEDEAO ; pendant la suspension, l’État sanctionné continue d’être tenu au paiement des cotisations de la période de suspension. Pendant ladite période, la CEDEAO continuera de suivre, d’encourager et de soutenir tout effort mené par l’État membre suspendu aux fins de retour à la vie institutionnelle démocratique normale. »

Comme on peut le constater, aucune des sanctions prévues par le protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance n’inclut le gel des actifs financiers domestiques d’un gouvernement et le fait de le priver de sa banque centrale.

Les pays CFA torpillent leurs propres textes

En réalité, l’initiative de cette sanction particulière vient de l’UEMOA, du moins des dirigeants qui ont participé à la réunion des chefs d’État et de gouvernement qui s’est tenue à Accra, juste avant le sommet de la CEDEAO. Les autorités maliennes n’ont pas assisté à cette conférence. Selon le Premier ministre malien Choguel Maïga, elles ont reçu une convocation 48 heures avant la réunion et sans notification de l’ordre du jour. Dans ces conditions, elles ont décidé ne pas envoyer de représentants à Accra.

Lors de cette conférence, les dirigeants des sept autres pays de l’UEMOA ont décidé ni plus ni moins de suspendre le Mali « des organes et institutions de l’UEMOA ».

Cette mesure a été toutefois peu médiatisée et ce sont plutôt les sanctions de la CEDEAO, entité englobant l’UEMOA et dont la légitimité est de ce fait plus importante, qui ont été mises en avant.

Tout autant que la CEDEAO, l’UEMOA s’est mise dans l’illégalité en se montrant « solidaire » d’une décision revenant à couper le gouvernement malien du système financier domestique.

Le traité de l’UEMOA liste un certain nombre de sanctions qui sont du ressort de la « surveillance multilatérale » au plan macroéconomique. Celles-ci n’ont rien à voir avec les questions de « démocratie », de « droits de l’homme » ou de « bonne gouvernance ». Selon le point d de l’article 74 :

« Les sanctions explicites susceptibles d’être appliquées comprennent la gamme des mesures graduelles suivantes : - la publication par le Conseil d’un communiqué, éventuellement assorti d’informations supplémentaires sur la situation de l’État concerné - le retrait, annoncé publiquement, des mesures positives dont bénéficiait éventuellement l’État membre - la recommandation à la BOAD [Banque ouest-africaine de développement] de revoir sa politique d'interventions en faveur de l’État membre concerné - la suspension des concours de l’Union à l’État membre concerné. »

Quant au traité de l’Union monétaire ouest-africaine (UMOA, créée en 1962), différent de celui de l’UEMOA, créée en 1994, et signé lui aussi par le Mali et les autres membres de l’UEMOA, il définit les prérogatives de la Conférence des Chefs d’État et de gouvernement (Art. 7). Aucun article ne stipule que cet organe souverain a la possibilité de prononcer le type de sanction qui nous intéresse.

Normalement, « les décisions de la Conférence, dénommées "actes de la Conférence", sont prises à l’unanimité » (Art. 8). Cela n’a pas été le cas pour la décision de suspendre le Mali, prise juste avant le sommet de la CEDEAO, puisqu’aucun représentant de l’État malien n’était présent. Alors que la CEDEAO a suspendu le Mali de ces instances fin mai 2021, l’UMOA a donc attendu le 9 janvier 2022 pour le faire.

Soulignons que sur le plan macro-économique, celui qui relève du domaine de compétences de l’UEMOA, le Mali a continué, après le coup d’État du 18 août 2020, qui a porté le colonel Assimi Goïta au pouvoir, d’avoir accès, sans difficulté, au marché financier de l’UMOA.

Selon les statistiques publiées par la BCEAO, il a émis des bons et obligations du Trésor d’un montant de 126,5 milliards de FCFA pour le restant de l’année 2020. En 2021, les émissions souveraines maliennes ont atteint 755 milliards de francs CFA.

En définitive, le gel des avoirs intérieurs du gouvernement malien et l’embargo financier à son encontre montrent que les sept autres pays de l’UEMOA, la Côte d’Ivoire à leur tête, ne respectent pas les traités qui fondent leur union. En principe, tout pays membre qui porte atteinte aux « règles génératrices de l’émission », à « la centralisation des réserves monétaires », à « la libre circulation des signes monétaires et la liberté des transferts entre États de l'Union » encourt une « peine d'exclusion automatique » de l’Union (Art. 113 Traité de l’UEMOA). Or qu’est-ce que l’embargo financier vis-à-vis du Mali et le gel des actifs domestiques de son gouvernement sinon la mise entre parenthèses de ces trois principes ?

Une BCEAO aux ordres en violation de ses statuts

Après l’annonce des sanctions prises par les dirigeants de la CEDEAO et de l’UEMOA, la BCEAO a donné des instructions aux banques et établissements financiers pour appliquer cet embargo économique et financier.

Ce faisant, la BCEAO a compromis son indépendance statutaire vis-à-vis des États membres et entités tierces. L’article 4 de ses statuts dispose qu’elle-même « ses organes, un membre quelconque de ses organes ou de son personnel ne peuvent solliciter, ni recevoir des directives ou des instructions des institutions ou organes communautaires, des Gouvernements des États membres de l’UMOA, de tout autre organisme ou de toute autre personne. Les institutions et organes communautaires ainsi que les Gouvernements des États membres de l’UMOA s’engagent à respecter ce principe. »

En acceptant de mettre œuvre les sanctions financières contre le Mali, la BCEAO contrevient aussi à son mandat statutaire d’œuvrer à la stabilité des prix et à la stabilité financière de l’UMOA. L’embargo commercial et financier va, sans aucun doute, susciter une poussée inflationniste au Mali et dans les pays voisins, en raison de la perturbation des chaînes d’approvisionnement et aussi du fait que le gouvernement malien, étant coupé du système financier, sera obligé de faire défaut involontairement sur le paiement de la dette en monnaie franc CFA échu cette année (127, 7 milliards pour les bons et 233,5 milliards pour les obligations du Trésor).

Toute cette affaire confirme que l’« indépendance » que revendique la BCEAO relève de la fiction. Elle peut être « indépendante » vis-à-vis des gouvernements africains, mais elle reste aux ordres du gouvernement français, auquel elle est toujours soumise, par le biais d’une autre fiction, à savoir la « garantie de convertibilité » apportée par le Trésor français. C’est ce qui permet à Paris d’actionner l’arme monétaire, c’est-à-dire le système CFA, contre les dirigeants qui lui posent problème au sein de la zone franc. C’était vrai hier et cela semble toujours vrai aujourd’hui.

La France en arrière-plan

L’ombre de la France, en conflit ouvert avec les autorités maliennes depuis plusieurs mois, plane au-dessus des sanctions prises par la CEDEAO et l’UEMOA. Les autorités maliennes qui dénoncent une volonté de déstabiliser le Mali, l’ont laissé entendre, et les manifestants du 14 janvier ont scandé des slogans contre la France. Les officiels français se sont empressés de dire qu’ils approuvaient sans réserve les sanctions CEDEAO-UEMOA, peu après qu’elles aient été rendues publiques. Cela n’a étonné personne.

L’histoire récente montre que la France n’hésite pas à s’abriter derrière les institutions régionales africaines et tout spécialement celles de la zone franc pour faire passer sa politique. L’exemple le plus éloquent est celui de la Côte d’Ivoire en 2010-2011, lors de la crise post-électorale qui a opposé le président sortant, Laurent Gbagbo, à Alassane Ouattara, soutenu par Nicolas Sarkozy.

Décidées à installer Alassane Ouattara au pouvoir alors que Laurent Gbagbo avait été reconnu élu par les institutions ivoiriennes, les autorités françaises ont cherché à asphyxier financièrement la Côte d’Ivoire. L’idée, avait dit Alassane Ouattara, était de faire en sorte que Laurent Gbagbo « tombe, non pas comme un fruit mur, mais comme un fruit pourri ».

Ce plan, construit par étapes et piloté par le ministère français des Finances, a consisté à empêcher le gouvernement désigné par Laurent Gbagbo d’accéder au compte de l’État ivoirien logé à la BCEAO, une décision officiellement prise par les chefs d’État de l’UEMOA. L’opération s’est poursuivie avec la fermeture des agences ivoiriennes de la BCEAO. Le gouvernement ivoirien a toutefois réussi à contourner cette décision en utilisant une mesure de réquisition du personnel, ce qui a permis de maintenir l’activité de ces agences. Il est aussi parvenu à trouver une parade lorsque la BCEAO a bloqué une application informatique censée empêcher ses entités ivoiriennes de fonctionner.

La lutte est devenue plus intense lorsque la BCEAO a menacé de retirer leur agrément aux banques qui continuaient de collaborer avec l’administration ivoirienne. Les filiales des banques françaises et américaines ont obéi et fermé leurs agences. Une fois encore, cette mesure a été en partie contrée par les autorités ivoiriennes. Tout en menaçant ces banques de poursuites judiciaires, les accusant d’être en train de violer les droits des épargnants ivoiriens, le gouvernement a fait ouvrir des comptes dans les banques nationales encore en activité pour les quelque 100 000 fonctionnaires dont les salaires étaient jusque-là versés sur des comptes ouverts dans les filiales françaises et américaines. Laurent Gbagbo a par ailleurs pris des décrets nationalisant deux filiales de banques françaises.

La France est passée à une étape supérieure : avec le concours de la BCEAO, le ministère français des Finances a suspendu les opérations de paiement et de change de la Côte d’Ivoire qui devaient transiter par le compte d’opérations de la BCEAO ouvert auprès du Trésor français. De cette manière, les transactions commerciales et financières entre la Côte d’Ivoire et l’extérieur ont été bloquées.

Pour s’en sortir, le gouvernement ivoirien a préparé la sortie de la zone franc et le lancement d’une monnaie nationale, alors prévu pour le 15 mai 2011. Des multinationales, dont des négociants de cacao, soumises à un embargo décidé notamment par l’Union européenne, avaient par ailleurs annoncé, impatientes de reprendre leurs affaires, qu’elles retravailleraient dès le 31 mars avec la Côte d’Ivoire, même si Laurent Gbagbo était toujours au pouvoir.

C’est alors que tout s’est accéléré sur le plan militaire, sous l’impulsion de Paris. « C’est parce que les Français avaient échoué à étrangler le pays qu’ils ont fait la guerre », dit aujourd’hui un haut responsable ivoirien de l’époque.

On n’en est pas encore là au Mali. Mais l’exemple ivoirien montre bien que le système CFA est pour la France un outil qui lui permet d’orienter la trajectoire politique des pays de la zone franc en fonction de ses intérêts et qu’elle n’y a manifestement pas renoncé.

À travers leur soutien diplomatique à l’UEMOA et la CEDEAO, l’Union européenne, les États-Unis, notamment, rajoutent à l’illégalité de leurs sanctions contre le Mali et, de ce fait, cautionnent le déploiement en toute impunité de l’impérialisme monétaire français.

 

Fanny PIGEAUD et Ndongo SAMBA SYLLA

Add Comments