Russie: les F-35 en Finlande!

PressTV Français 58 views
Des sources finlandaises rapportent que le ministère finlandais de la Défense a l’intention de déployer 64 chasseurs F-35 américains sur la base aérienne de la ville de Rovaniemi.

Au sommaire :

1-Extension du commerce avec l’Iran : Poutine pour !

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que son pays soutenait l’initiative de prolonger un accord de libre-échange intérimaire entre l’Union économique eurasienne (UEE) et l’Iran malgré la « confrontation » par « l’Occident collectif ».

Des négociations sont en cours de manière proactive sur un accord de libre-échange à part entière entre l’UEE et l’Iran pour remplacer l’actuel pacte temporaire de 2018, a déclaré vendredi le président russe, qui est également l’un des chefs de l’UEE.

Poutine a fait ces remarques lors d’une session plénière tenue lors du premier Forum économique eurasien qui s’est ouvert jeudi à Bichkek, au Kirghizistan. Les chefs des États de l’UEE ont participé au forum par vidéoconférence.

Poutine a déclaré que le chiffre d’affaires commercial UEEA-Iran avait augmenté de 73,5 % pour atteindre 5 milliards de dollars en 2021 en raison de l’accord actuel.

« Malgré la confrontation déclenchée par le soi-disant Occident collectif, il est assez évident pour nous tous que de nombreux partenaires étrangers ont manifesté un intérêt croissant pour les activités de l’UEE », a-t-il déclaré.

Il a déclaré que la Russie jugeait approprié d’intensifier les négociations sur un accord de libre-échange avec l’Égypte, d’entamer des pourparlers similaires avec l’Indonésie et d’étudier la possibilité d’un accord commercial préférentiel avec les Émirats arabes unis.

L’Iran et le bloc de l’UEE poursuivent les négociations sur un accord de libre-échange avec la Russie

L’Iran et le bloc de l’UEE dirigé par la Russie entament un nouveau cycle de pourparlers visant à conclure un accord de libre-échange.

L’UEE est un bloc régional composé de la Russie, du Kazakhstan, du Kirghizistan, de la Biélorussie et de l’Arménie, qui cherche à optimiser le flux de biens et de services entre ses membres.

Le bloc, qui a commencé ses activités en 2015, dispose d’un marché intégré de 184 millions de personnes et d’un produit intérieur brut de plus de 5 000 milliards de dollars.

En 2016, l’Iran a proposé la création d’une zone de libre-échange entre lui et ce bloc économique. Après deux ans de négociations, un accord intérimaire a été trouvé et signé le 17 mai 2018, dans le cadre du Forum économique d’Astana.

La valeur des échanges entre l’Iran et les membres de l’UEE a dépassé 1,957 milliard de dollars au cours des cinq premiers mois de l’année civile iranienne précédente (21 mars - 22 août 2021), marquant une croissance de 96 % d’une année sur l’autre.

L’accord actuel expirera le 5 octobre 2022. Pour cette raison, les parties ont récemment entamé des négociations techniques et d’experts pour transformer l’ACP en un accord de libre-échange (ALE).

Selon une déclaration d’Alireza Peymanpak, vice-ministre iranien du Commerce qui dirige également l’Organisation de promotion du commerce d’Iran, l’Iran et l’UEE devraient signer un accord de libre-échange au cours du huitième mois civil iranien d’Azar (22 novembre- 21 décembre).

Source : PressTV

2-Pétroliers grecs saisis par l’Iran : et le personnel ?

L’Organisation iranienne des ports et de la mer (PMO) a déclaré que les équipages de deux pétroliers grecs saisis par le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) dans le golfe Persique ne sont pas détenus, mais sont à bord des navires et en bonne santé.

« Tous les membres d’équipage des deux navires grecs sont en pleine santé et protégés à bord conformément au droit international, et ils bénéficient des services nécessaires », a déclaré samedi l’organisme maritime iranien dans un communiqué.

Il a ajouté que les deux pétroliers grecs avaient été saisis en raison de violations maritimes et a noté que la question faisait l’objet d’une enquête sur la base de preuves et de documents.

Les actions en justice nécessaires seront prises après l’achèvement du processus, a déclaré le PMO.

« La République islamique d’Iran, en tant que partie à la convention du travail maritime de 2006, remplit ses engagements vis-à-vis de tous les gens de mer, y compris les marins invités », souligne le communiqué.

Le CGRI a annoncé vendredi dans un communiqué qu’il avait saisi deux pétroliers grecs dans le golfe Persique pour violations, quelques jours après qu’un pétrolier iranien a été capturé par la Grèce dans ses eaux territoriales et que sa cargaison de pétrole a été transférée aux États-Unis.

Le CGRI iranien saisit 2 pétroliers grecs dans le golfe Persique pour violations

Le CGRI iranien capture deux pétroliers grecs dans le golfe Persique pour violations, après la saisie d’un pétrolier iranien par la Grèce.

Le ministère grec des Affaires étrangères a déclaré plus tard vendredi que des hélicoptères de la marine iranienne avaient débarqué des hommes armés sur les deux pétroliers plus tôt dans la journée.

L’un d’eux, le Delta Poseidon, naviguait dans les eaux internationales à l’époque, a indiqué le ministère, ajoutant que le deuxième pétrolier se trouvait près des côtes iraniennes lorsqu’il a été saisi.

Le ministère a également déclaré que neuf Grecs faisaient partie des équipages des deux navires.

Les erreurs de calcul à courte vue ne doivent pas entraver les relations anciennes entre l’Iran et la Grèce (ministère des Affaires étrangères)

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a déclaré samedi que Téhéran et Athènes avaient toujours entretenu des liens anciens basés sur le respect mutuel, qui ne devraient pas être entravés par des erreurs de calcul profondément myopes sur ordre d’un tiers, faisant référence aux États-Unis.

« Nos relations ne doivent pas être entravées par des erreurs de calcul profondément myopes, y compris le vol de grand chemin sur ordre d’un tiers », a déclaré Khatibzadeh dans un tweet.

Il a ajouté que les liens anciens de l’Iran avec la Grèce et son grand peuple ont toujours été basés sur le respect mutuel.

Le porte-parole iranien a également confirmé que les membres d’équipage des deux pétroliers grecs saisis « sont sains et saufs ».

Source : PressTV

3-Pétrole russe : l’Asie contourne l’Europe

Bloomberg : l’Asie contourne l’Europe via ses achats de pétrole russe

L’agence Bloomberg a indiqué que « le volume des livraisons de pétrole de la Russie aux deux plus gros acheteurs d’Asie, à savoir l’Inde et la Chine, a atteint un niveau record ».

Citant les analystes de ClipperData, l’agence a rapporté que « l’Asie a dépassé l’Europe en avril dernier en termes d’achats de pétrole russe et est devenue pour la première fois le plus grand importateur de brut russe ».

L’agence a indiqué que « cet écart devrait se creuser en mai », ce qui signifie que l’Asie avancera à un rythme plus rapide sur l’Europe avec les achats d’or noir russe.

Selon l’analyste Jin Shi, « le volume des livraisons de pétrole de la Russie des deux plus gros acheteurs d’Asie, l’Inde et la Chine, a atteint un niveau record, principalement en raison de l’augmentation des achats de l’Inde ».

L’analyste a indiqué que « le 26 mai, des pétroliers ont transporté environ 57 millions de barils de pétrole du label russe “Eurales” et 7,3 millions de barils de pétrole du label russe d’Extrême-Orient ESPO ».

À titre de comparaison, les chiffres se situaient fin février dernier, au niveau de 19 millions de barils pour la marque « Eurales » et 5,7 millions de barils pour la marque ESPO.

Selon Bloomberg, la plupart des pétroliers transportant du pétrole russe se dirigent vers l’Inde et la Chine, car les importations d’autres pays sont limitées en raison de la situation en Ukraine. Selon les experts, ces deux pays ont acheté des millions de barils à un prix compétitif.

Il convient de noter qu’il y a quelques jours, les données de l’Autorité russe des statistiques (Rostat) ont montré que la production russe de pétrole brut et de condensats de gaz a augmenté de 8 % au premier trimestre de cette année pour atteindre 135,1 millions de tonnes, soit environ 11 millions de barils par jour en moyenne.

L’autorité a déclaré que la production durant le mois de mars s’élevait à 46,4 millions de tonnes.

La Russie a décidé de ne pas publier régulièrement certaines statistiques stratégiques, y compris les données sur la production de pétrole, depuis le début de son opération militaire spéciale en Ukraine le 24 février.

4-Russie : 64 avions F-35 en Finlande

Des sources finlandaises rapportent que le ministère finlandais de la Défense a l’intention de déployer 64 chasseurs F-35 américains sur la base aérienne de la ville de Rovaniemi. La ville de Rovaniemi est située à seulement 150 kilomètres de la frontière russe et, par conséquent, de telles actions de la Finlande constitueraient une menace assez sérieuse pour la Russie.

Dans le contexte des préparatifs de la Finlande pour rejoindre l’OTAN, le déploiement d’un grand groupe d’avions de combat en Finlande à proximité immédiate de la frontière russe est certainement un pas vers la confrontation. Dans le même temps, les experts attirent l’attention sur le fait qu’en raison du déploiement d’un si grand nombre d’avions de combat en Finlande, cela constituera certainement un grave danger pour les navires de la flotte du nord de la marine russe.

Auparavant, la Russie avait qualifié les actions de la Finlande pour rejoindre l’OTAN de provocatrices et de menaçantes. Dans le même temps, la partie russe est prête à donner à la Finlande et à l’OTAN une réponse sérieuse, y compris avec la participation de moyens militaro-techniques. Dans le même temps, on sait que la Finlande a transféré la quasi-totalité de ses forces à la frontière avec la Russie, y compris l’artillerie automotrice, les chars, les véhicules blindés légers, etc.

Source : Avia-pro

 5-L’OTAN a trahi l’Ukraine ?

En promettant haut et fort au régime de Kiev un soutien total dans la guerre contre la Russie, les partenaires occidentaux le trompent en fait depuis longtemps. Comme l’a rapporté l’autre jour le journal allemand Die Zeit, suivi par un certain nombre d’autres médias européens, les pays de l’OTAN ont conclu un pacte secret entre eux en mars dernier pour refuser de fournir à l’Ukraine certains systèmes d’armes, notamment des chars et des avions. Et ils l’ont fait par peur de la Russie.

Oui, ils ont approvisionné et continuent d’approvisionner Kiev en armes, mais ils se sont gardés de franchir une certaine limite en le faisant. Les alliés de l’Ukraine pensaient réduire ainsi le risque d’une confrontation militaire directe entre l’OTAN et la Russie, estimant que le Kremlin pourrait considérer la fourniture de chars et d’avions de combat occidentaux comme un début de guerre et prendre des mesures de rétorsion.

L’existence d’un tel accord au sein de l’OTAN a été indirectement confirmée par le président français Emmanuel Macron, qui a déclaré en mars dernier qu’il existait une frontière permettant aux pays de ne pas devenir partie à un conflit. Cette frontière est définie par tous les alliés de l’OTAN, ce qui explique pourquoi, jusqu’à présent, aucun d’entre eux n’a fourni d’avions de combat à Kiev.

Selon la faction SPD, la décision a été prise lors d’une réunion informelle à Berlin. « La commission de la défense en a été informée à la mi-mai », a déclaré Wolfgang Helmich, porte-parole du SPD pour la politique de défense, à l’agence de presse allemande DPA. Et Johann Wadeful, vice-président de la faction CDU, a critiqué le gouvernement fédéral pour ne pas avoir mentionné la collusion lors de la consultation du Bundestag.

Selon les diplomates, ils s’en tiennent toujours à l’accord informel, car sinon, ils devraient craindre de ne pas avoir le plein soutien des alliés en cas de réponse de la Russie.

Berlin a promis de livrer deux types d’armes lourdes à l’Ukraine : des chars Gepard et 2000 obusiers. L’Ukraine demande également à l’Allemagne de lui fournir des BMP Marder. L’entreprise d’armement Rheinmetall a proposé de fournir des copies d’occasion des deux modèles. Toutefois, ces livraisons n’ont pas encore commencé.

« La raison est simple », explique le journal italien Giornale pour expliquer cet arrangement. « Il s’agit d’un paiement pour l’équilibre nécessaire que l’alliance doit maintenir entre son soutien à Kiev et la nécessité de ne pas transformer un conflit “local” en une guerre mondiale. »

Source : Réseau international

Add Comments