Deux sous-marins américains franchissent le cap chinois (e press)

PressTV Français 7 views
L'USS Rhode Island – le plus grand sous-marin nucléaire du monde – a quitté Gibraltar pour la mer Noire sous protection de la Royal Navy.

Au sommaire :

1- Venezuela : le besoin de pétrole rend poli Macron !

Jean-Luc Mélenchon a taclé Emmanuel Macron, qui s'est montré étonnement chaleureux envers le président vénézuélien Nicolas Maduro à la COP27, alors que la France n'avait pas reconnu son élection, soutenant la tentative de coup d'Etat de Juan Guaido.

Le fondateur de la France insoumise n'a pas loupé Emmanuel Macron. Ce 7 novembre, le président français avait semblé vouloir jouer l'apaisement avec le dirigeant du Venezuela Nicolas Maduro, à Charm el-Cheikh en Egypte, en marge de la COP27.

« Rencontre bien amicale d'Emmanuel Macron et Nicolas Maduro à Charm el-Cheikh. Le besoin de pétrole rend poli », a taclé Jean-Luc Mélenchon dans un tweet. 

Étrange poignée de main

Et de fait, la rencontre entre les deux dirigeants avait de quoi surprendre par sa cordialité. Croisant le chef d'Etat bolivarien, le président français s'est empressé de lui serrer longuement la main, lui demandant avec familiarité : « Comment ça va chez vous ? » 

« Mieux chaque jour », a répliqué Nicolas Maduro, semble-t-il à la fois bonhomme et méfiant, avant d'enchaîner du tac au tac en lui demandant quand il lui rendrait visite au Venezuela.

Je serais heureux qu'on puisse se parler plus longuement « Il faut qu'on arrive maintenant à trouver un chemin », a déclaré le président français, manifestement intéressé par une reprise du dialogue et évoquant un continent sud-américain « en train de se recomposer ».

Nicolas Maduro a alors répondu que la France devait « jouer un rôle positif ». « Nous avons beaucoup de bons amis en commun », a par ailleurs souligné le président vénézuélien. 

De fait, plusieurs pays d'Amérique latine sont récemment passés à gauche, notamment la Colombie qui, par ce biais, a renoué des relations diplomatiques rompues avec Caracas.

« Je serais heureux qu'on puisse se parler plus longuement et qu'on puisse entamer un travail bilatéral qui soit aussi utile pour votre pays et la région », a proposé le président français.

« À votre service », a répondu Nicolas Maduro, invitant le président français à discuter avec Jorge Rodriguez, le président de l'Assemblée nationale vénézuélienne depuis les élections de décembre 2020. Un scrutin reconnu ni par l'UE, ni par la France. 

« Avec lui, vous pouvez parler en confiance», a-t-il assuré. «Monsieur Rodriguez, je peux ? », a interrogé Emmanuel Macron, qui a par ailleurs promis au dirigeant vénézuélien de l'appeler après sa rencontre prévue prochainement à Paris avec les présidents argentin et colombien.

Source : RT

2- Ukraine: l’USS Rhode Island en Méditerranée !

Selon le Daily Express, l’USS Rhode Island – le plus grand sous-marin nucléaire du monde – a quitté Gibraltar pour la mer Noire sous protection de la Royal Navy (l’infanterie de marine du Royaume-Uni). Son arrivée vient signaler la présence américaine au Kremlin dans la guerre en Ukraine.

« La visite [NDLR : de l’USS Rhode Island] du port de Rhode Island à Gibraltar renforce notre engagement à toute épreuve envers nos alliés et partenaires dans la région.

Les États-Unis et le Royaume-Uni partagent une solide histoire de coopération, à travers des exercices, des opérations et des activités de coopération telles que celle-ci, qui améliorent nos capacités combinées et notre partenariat », a déclaré le capitaine de vaisseau John Craddock, chef de la Task Force 69, dans un communiqué.

« La complexité, la létalité et l’expertise tactique du Rhode Island incarnent l’efficacité et la puissance de la force sous-marine. »

D’après le quotidien national italien, La Repubblica, le Rhode Island a émergé le 1er novembre à Gibraltar, armé de missiles intercontinentaux et de centaines d’ogives nucléaires. En mission pour donner un avertissement au Kremlin, l’Uss Rhode Island, en service depuis 1993, embarque en effet 24 missiles intercontinentaux Trident II, capables de frapper à 18 000 kilomètres à une vitesse de 29 000 kilomètres à l’heure : chacun peut armer jusqu’à quatorze ogives.

L’arrivée du sous-marin américain constitue un avertissement à la Russie et survient deux semaines après l’annonce qu’un autre sous-marin nucléaire, l’USS West Virginia, se dirigeait vers la mer d’Oman afin de s’approcher de la Chine.

Source : Le Média en 4-4-2

3- Pétrole : la Russie rafle l'Inde

La Russie, qui n’exportait que très peu de pétrole vers l’Inde jusqu’à mars dernier, est devenue en octobre le plus gros fournisseur de pétrole du pays, dépassant l’Arabie saoudite et l’Irak qui sont les exportateurs traditionnels de l’Inde, a rapporté dimanche le média privé indien Zee News.

Citant les données de la société de suivi des marchandises énergétiques Vortexa, Zee News a fait savoir que le pétrole en provenance de Russie représentait 22% des importations totales de brut de l’Inde, contre 20,5% pour l’Irak et 16% pour l’Arabie saoudite.

« La Russie a fourni 935 556 barils par jour (bpj) de pétrole brut à l’Inde en octobre, alors qu’elle ne représentait que 0,2% du total du pétrole importé par l’Inde sur une année jusqu’au 31 mars 2022 », poursuit l’article.

« L’Inde n’a importé que 36 255 bpj de pétrole brut depuis la Russie en décembre 2021, contre 1,05 million de bpj depuis l’Irak et 952 625 bpj depuis l’Arabie saoudite », a ajouté Zee News.

D’après le média, il n’y a eu aucune importation de pétrole depuis la Russie sur les deux mois de janvier et février, tandis que l’Inde a importé de plus en plus de pétrole russe après le début du conflit russo-ukrainien fin février.

L’Inde a importé 68 600 bpj de pétrole russe en mars, ce chiffre est monté à 266 617 bpj le mois suivant et a atteint 942 694 bpj en juin. Ce mois-là, l’Irak était le plus gros fournisseur de l’Inde avec 1,04 million de bpj de pétrole et la Russie est devenue le deuxième plus gros pays fournisseur de l’Inde, selon Zee News.

Source : French China

4- Câble marine: l'Otan saignera ?

Le secrétaire britannique à la Défense a annoncé l'achat imminent de navires spécialisés pour protéger l'infrastructure nationale critique du Royaume-Uni. A cet effet, Londres a temporairement suspendu le programme d'achat du fleuron national.

Les deux navires de surveillance polyvalents (MROS) seront exploités par la Royal Navy Auxiliary.

Selon un porte-parole du ministère britannique de la Défense, ils sont désormais vitaux pour la sécurité nationale britannique. La tâche principale qui sera confiée aux deux nouveaux navires est la protection des câbles et pipelines sous-marins. Le premier de ces navires sera livré en janvier 2023, quelques mois avant la date prévue.

La commercialisation croissante des fonds marins à des fins énergétiques et de communication a accru la capacité des adversaires à compromettre les infrastructures sous-marines critiques des nations occidentales.

Adversaires ? Ou des alliés ? Les navires seront adaptables et pourront fournir un certain nombre de capacités - telles que le contrôle de systèmes embarqués à distance et autonomes pour la surveillance sous-marine et la guerre sur les fonds marins.

En fait, nous parlons de l'achat de navires qui seront eux-mêmes capables de coordonner des actions pour mener des attaques contre des infrastructures commerciales sous-marines. Il est à noter que les contrats ont été signés avant l'explosion des gazoducs Nord Stream.

S'exprimant à la Chambre des communes, le secrétaire britannique à la Défense, Ben Wallace, a déclaré : « Nous accordons la priorité à l'octroi de fonds qui protègent notre infrastructure nationale. Pour contrer efficacement les menaces actuelles et futures, nous allons désormais investir dans des navires MROS qui protègent les infrastructures sensibles de défense et civiles afin d'améliorer notre capacité à détecter les menaces sur les fonds marins, y compris les câbles de communication. »

Évidemment, tout cela s'inscrit dans le cadre de l'attaque terroriste contre les gazoducs Nord Stream. Le résultat de la défaillance de 3 lignes de gazoducs réduit gravement l'indépendance économique et industrielle de nombreux États européens, en particulier l'Allemagne. Dans le même temps, il y a tout lieu de croire qu'en Grande-Bretagne, ils pourraient eux-mêmes être impliqués d'une manière ou d'une autre dans cette attaque.

Source : Topwar

5- La Chine sort son Pantsir

Dans le cadre de l'exposition AirShow China 2022, la Chine a présenté le système de missiles et de canons anti-aériens FK-3000, qui est presque un analogue complet du système de missiles de défense aérienne russe Pantsir-S.

La principale différence du complexe est qu'il n'a qu'un seul canon. Il est équipé de 24 missiles guidés anti-aériens à courte portée, ce qui permet de repousser des attaques massives.

Les photographies présentées montrent le complexe chinois FK-3000, équipé d'un radar capable de détecter des cibles aériennes à une distance allant jusqu'à 25 kilomètres, un canon automatique, ainsi que 24 missiles guidés anti-aériens capables de toucher des cibles à des distances jusqu'à 12 kilomètres. Cela élargit considérablement les capacités du complexe dans la lutte contre les véhicules aériens sans pilote, les avions, les hélicoptères et les missiles de croisière.

Considérant que le coût estimé d'un tel complexe sera d'environ 5 millions de dollars, il est évident que les demandes d’achat peuvent être très importantes, d'autant plus que les drones kamikazes ont été utilisés assez activement pendant le conflit en Ukraine.

Source : Avia-pro

Add Comments